• Accueil
  • |
  • A propos
  • |
  • Nous contacter
  • |
  • Connexion
  • |
  • Subscribe
Pey teo-a ndaandaa-ey!..Bienvenue..Welcome sur le portail Web de la communauté MBASSO'O...........Ce 22 Avril 2017 Rencontre pour la préparation des Obsèques de SM Fô Sambankeing Temgoua Bertrand en France ( à Saint-Saulve ) au domicile du chef de la communauté Babadjou d'Europe dès 14H........ .......Télécharger sur notre site ou sur google play-store notre apps Babadjou.Net mobile et recevez aussi toutes les infos et plus......NB:la version mobile pour Téléphone-Iphone et -Windowphone sont en construction


Cameroun,Yaoundé : Une femme frappe une bouteille sur la tête de son fiancé qui meurt par hémorragie cérébrale





  • Poste par Ghislain Lontchi
  • 56
  • 16.04.2017 : 17.05.20
  • 0

Kandem Jean Abugus (33 ans, originaire de Baham), a été sauvagement poignardé le 29 mars dernier au quartier Ahala, par Mintongo Samba dite « Majolie » (30 ans, originaire d’Abong-Mbang), avant de mourir deux jours plus tard au Centre des urgences de Yaoundé (Cury). Scène d’horreur le mercredi 29 mars 2017 au quartier Ahala à Yaoundé, exactement au lieu appelé « Carrefour Nsam Après Escale », face hôtel Beau Lieu. D’après des témoignages, il est 19 heures 30 lorsque le drame se produit. Employé à Sogeole, une entreprise faisant dans l’agroalimentaire (farine, pâtes alimentaires..),



Kandem Jean Abugus qu’accompagne son ami, arrive à la petite échoppe qu’il a ouverte à sa fiancée. Celle-ci, a déjà rangé l’essentiel des marchandises dans le local, et est ainsi sur le point de fermer l’établissement commercial. Seulement en arrivant, Kandem Jean Abugus trouve sa fiancée assise sur un même banc, à côté d’un homme entrain de vider une bouteille « Origin », une bière de la société brassicole Guinness. L’homme, est présenté comme son ex-petit ami. Des témoins racontent qu’en voyant la scène, Kandem Jean qui devait bien connaître cet « ancien » petit ami de Majolie, demande à sa fiancée, « C’est quoi ça ? ». Sur cette question, Mintongo Samba Majolie saisit la bouteille de bière que buvait son-ex-petit ami, et la frappe très violemment sur Kandem Jean. Ce dernier, a le crâne ouvert et saigne abondamment. Mais, Mintongo Samba Majolie veut lui donner le coup de grâce en lui plantant la bouteille cassée 

dans le cœur. En voulant s’en protéger, nous apprend-on, Kandem Jean se voit couper brutalement quatre veines sur le bras gauche qu’il a placé pour parer le coup. C’est alors qu’aux dires des témoins, les veines coupées, on dirait des robinets, se mettent à cracher du sang. « A voir comment le sang jaillissait de ses veines, avec celui qui sortait de la tête aussi, on avait tous su que le gars-là -Kandem Jean, Ndlr- était mort. Il avait perdu plus de trois litres de sang », nous racontent les voisins. Devant ce « ruisseau » de sang qui se confondait à un casier de top grenadine cassé, l’ami de Kandem Jean, trouve rapidement une étoffe pour arrêter l’hémorragie, mais en vain. Devant le danger, il enlève sa propre chemisette, attache le bras de son ami impuissant, et met sur une moto. 

Arrivé au Cury de Yaoundé, le pronostic vital de Kandem Jean est très faible, et ses chances de survie, trop minces. Toutefois, les médecins s’y mettent. A en croire des indiscrétions, même la succession du grand nombre de poches de sang injectées dans son corps, s’était révélé tardif pour le sauver. « Selon un médecin qui a requis l’anonymat, Kandem Jean avait perdu trop de sang, et la situation, avait été aggravé par le retard pris et la manière trop peu académique (par moto) par laquelle il avait été conduit aux urgences. Il faut rappeler que c’est en l’espace de trois secondes, que Mintongo Samba la fiancée de Kandem Jean, avait scellé le sort de ce dernier : le coup sur la tête, puis l’autre vers le cœur. Une incroyable vitesse d’exécution qui à en croire des témoignages, n’avait permis à personne d’intervenir, vu le caractère soudain et violent de l’attaque. La nuit de l’agression, nous dit-on, Mintongo Samba Majolie, ainsi que certains membres de sa famille, a suivi son fiancé à l’hôpital. Et même le jour suivant (le jeudi 30 mars), ont confirmé des sources hospitalières, elle y était aussi. Seulement, dans la nuit du vendredi 31 mars 2017, apprend Camer.be, la situation de Kandem Jean, ne laissait plus planer de doute sur l’imminence de sa mort. Mise au parfum par un membre de sa famille, Mintongo Samba Majolie, prend la poudre d’escampette deux heures avant la mort par hémorragie cérébrale de son fiancé. Une mort intervenue après 507 000 FCFA de dépenses aux Cury. Informée de l’affaire, la brigade de recherches d’Efoulan, engage les diligences pouvant conduire à l’arrestation de la meurtrière de Kandem Jean. Jusqu’à ce jeudi 13 avril où nous rencontrions le maréchal de -logis- chef en charge de l’enquête, Mintongo Samba, couraitt toujours dans la nature. « Avec les trois enfants que Mintongo Samba a laissés, la famille de cette dernière, se disant incapable de les élever, compte recourir aux pratiques magiques de l’Est Cameroun pour, faire comparaître Mintongo Samba devant la Justice, et ainsi la placer devant ses responsabilités », nous a confié le gendarme. 

Des sources familiales ont laissé entendre que des trois enfants de Mintongo Samba, aucun, n’est de Kandem Jean. La jeune femme, apprend-on, les ayant eus avant qu’ils ne fassent connaissance. Pour le moment, c’est la famille du défunt qui devant l’incroyable indifférence et froideur de la famille de Mintongo Samba, s’affaire au programme des obsèques de Kandem Jean dont la date, nous a confié sa grande sœur, n’a pas encore été fixée. Du côté gendarmerie, l’on se dit déterminée à retrouver la fugitive. En coulisse, l’on affirme que la relation intime entre Mintongo Samba Majolie et l’homme avec lequel elle était assise le jour du drame, n’a jamais pris fin. Et pour l’étayer, des témoins confient que deux semaines avant la terrible agression, une dispute avait publiquement opposé les deux fiancés à propos de cet homme dont Majolie ne disait qu’être un ex-petit ami. Se sentant trompé dit-on, Kandem Jean, était convaincu du contraire.


Source : Autres

Laisser vos commentaires






Facebook commentaires