• Accueil
  • |
  • A propos
  • |
  • Nous contacter
  • |
  • Connexion
  • |
  • Subscribe
Pey teo-a ndaandaa-ey!..Bienvenue..Welcome sur le portail Web de la communauté MBASSO'O......... Programme officiel de la journée européenne de Sa Majesté Fo'o Teigni Detio Konlack Jean, chef supérieur Bamessingué, département de Bamboutos, Cameroun. 1) dimanche 9 juillet : arrivée en Italie, rencontre avec les Mbafung de Pavia. 2) jeudi 13 juillet : arrivée à Valenciennes, rencontre avec la communauté Mbafung de France le vendredi 14 juillet. 3) samedi 15 juillet : arrivée en Belgique, rencontre avec la communauté Mbafung de Belgique, intronisation du représentant personnel du chef supérieur Bamessingue en Europe. 4) dimanche 16 juillet : audience pour les fils et filles Mbafung de Belgique qui le désirent. Retour sur Valenciennes. 5) lundi 17 juillet : audience pour les fils et filles Mbafung de France qui le désirent. 6) mercredi 19 juillet : départ pour l'Allemagne. 7) vendredi 21 juillet : départ pour l'Italie puis retour à Bamessingue. Sm dr Lefakouong Pascal. ......Télécharger sur notre site ou sur google play-store notre apps Babadjou.Net mobile et recevez aussi toutes les infos et plus......NB:la version mobile pour Téléphone-Iphone et -Windowphone sont en construction


Cameroun : Célestin Tawamba, bientôt président du Gicam ?





  • Posté par Ghislain Lontchi
  • 459
  • 21.04.2017 : 09.09.28
  • 0

Après huit ans à la vice-présidence d’un syndicat rival, l’industriel Célestin Tawamba fait un retour remarqué au sein de la principale centrale patronale camerounaise. Au point qu’on le dit favori pour succéder à feu André Fotso.



Deux sorties, et non des moindres, auront suffi à braquer les regards sur lui. Le 13 mars, Célestin Kamanou Tawamba, 51 ans, représentait le Groupement interpatronal du Cameroun (Gicam) aux huitièmes assises du Cameroon Business Forum (CBF), le rendez-vous annuel entre le gouvernement et le secteur privé.

Une semaine plus tard, Armel François, le président par intérim du principal syndicat patronal du pays [qui a depuis annoncé sa démission selon une information de Jeune Afrique Business+], le désigne pour conduire la délégation des patrons devant accompagner le président Paul Biya en Italie, du 20 au 22 mars.

Spéculation

Il n’en a pas fallu plus pour que la machine à spéculer s’emballe et le désigne comme le potentiel successeur d’André Fotso, le précédent patron des patrons, décédé le 2 août 2016. « Le sujet n’est pas à l’ordre du jour et je n’en fais pas une préoccupation », se défend le fondateur du holding Cadyst Invest, qui regroupe quatre entreprises dans l’agroalimentaire et l’industrie pharmaceutique.

 Il fait partie d’un groupe de personnes approchées pour en prendre la présidence

Il n’empêche que ses faits et gestes sont désormais scrutés dans le petit monde des affaires de Douala. À commencer par son retour au Gicam, une maison qu’il avait quittée en 2008 à la suite d’une élection perdue par la liste sur laquelle il figurait.

Atouts

Conduits par l’assureur Protais Ayangma, les vaincus vont fonder Entreprises du Cameroun (Ecam), un mouvement rival, et Célestin Tawamba en prendra la vice-présidence. Le 16 novembre 2016, il remet sa démission et, le 8 décembre suivant, sa présence est fort remarquée à l’assemblée générale du Gicam. « Il fait partie d’un groupe de personnes approchées pour en prendre la présidence », témoigne un patron. Un ancien cadre du syndicat patronal y voit plutôt une manœuvre des fidèles d’André Fotso. « Orphelins de leur champion, ils pensent que Célestin est capable de reprendre efficacement le flambeau », éclaire-t‑il.

Sa faconde et son courage l’amènent souvent à des prises de position tranchées

Tawamba ne manque pas d’atouts. Sa faconde et son courage l’amènent souvent à des prises de position tranchées. Non encarté politiquement, il n’a cessé de pourfendre la manière dont le Cameroun a négocié les accords de partenariat économique (APE) avec l’Union européenne. À la tête du Groupement d’industriels meuniers du Cameroun (GIMC), il a souvent ferraillé avec le gouvernement pour défendre les intérêts de cette filière.

La mobilisation médiatique fait partie de ses armes. « Nul doute qu’à la tête du Gicam il disposera d’une tribune de choix pour inscrire ses préoccupations dans l’agenda public », analyse un bon connaisseur de l’organisation patronale.

Rapprochement

Mais cette fixation autour de sa personne fait sourire l’intéressé. « J’ai toujours milité pour l’unité à partir de laquelle nous aurons un patronat fort. J’ai pour cela œuvré, bien que sans succès, à un rapprochement entre Gicam et Ecam. C’est la raison pour laquelle j’ai déposé ma demande d’inscription au Gicam dès 2015. Il s’avère que les soucis de santé du président Fotso n’ont pas permis d’accélérer les choses », relativise-t‑il. D’ailleurs, certains patrons ont un pied dans chacun des regroupements rivaux.

Sa cooptation – avec trois personnes, dont Emmanuel de Tailly, le patron des Brasseries du Cameroun – dans le conseil exécutif, le saint des saints du Gicam, deux mois à peine après son arrivée, en a conforté plus d’un sur ses véritables ambitions. Car il faut être membre de cette instance, qui peut accueillir dix-huit élus mais n’en compte actuellement que douze, pour postuler le moment venu à la présidence.

Les prochaines entrées dans ce cénacle, avant le terme de l’actuelle mandature, dans deux ans, éclaireront sur les probables candidatures. Mais l’hypothèse d’une élection anticipée n’est pas exclue. Comme le dit ironiquement un observateur avisé : « Qui dit que nous irons jusqu’à 2019 ? »



Laisser vos commentaires






Facebook commentaires