• Accueil
  • |
  • A propos
  • |
  • Nous contacter
  • |
  • Connexion
  • |
  • Subscribe
Pey teo-a ndaandaa-ey!..Bienvenue..Welcome sur le portail Web de la communauté MBASSO'O......... Programme officiel de la journée européenne de Sa Majesté Fo'o Teigni Detio Konlack Jean, chef supérieur Bamessingué, département de Bamboutos, Cameroun. 1) dimanche 9 juillet : arrivée en Italie, rencontre avec les Mbafung de Pavia. 2) jeudi 13 juillet : arrivée à Valenciennes, rencontre avec la communauté Mbafung de France le vendredi 14 juillet. 3) samedi 15 juillet : arrivée en Belgique, rencontre avec la communauté Mbafung de Belgique, intronisation du représentant personnel du chef supérieur Bamessingue en Europe. 4) dimanche 16 juillet : audience pour les fils et filles Mbafung de Belgique qui le désirent. Retour sur Valenciennes. 5) lundi 17 juillet : audience pour les fils et filles Mbafung de France qui le désirent. 6) mercredi 19 juillet : départ pour l'Allemagne. 7) vendredi 21 juillet : départ pour l'Italie puis retour à Bamessingue. Sm dr Lefakouong Pascal. ......Télécharger sur notre site ou sur google play-store notre apps Babadjou.Net mobile et recevez aussi toutes les infos et plus......NB:la version mobile pour Téléphone-Iphone et -Windowphone sont en construction


Cameroun - Guerre contre Boko Haram: Des enfants-soldats enrôlés dans les comités de vigilance





  • Posté par Ghislain Lontchi
  • 250
  • 21.04.2017 : 09.09.42
  • 0

La révélation est contenue dans le rapport 2017 de l’ONG Child Soldiers International. Les extraits de ce rapport publié le 28 février 2017, sont publiés dans L’Œil du Sahel paru le 19 avril. Child Soldiers International, une ONG basée aux Royaume-Uni révèle que « des enfants-soldats sont impliqués dans la guerre contre Boko Haram ».



L’organisation non gouvernementale indique qu’« en 2016, elle a eu des informations crédible sur la présence de garçons dans les comités de vigilance, soutenus par le gouvernement dans les localités d’Amchidé, Fotokol, Kolofata et Maroua dans l’Extrême-Nord et même à Yaoundé ». Ces enfants, âgés entre 15 et 17 ans pour la majorité et 12 ans pour une minorité, représenteraient selon l’ONG, 10% des groupes de comités de vigilance.

Child Soldiers International fait remarquer que les comités de vigilance existent depuis presque toujours. Mais ces groupes de défense populaire ont pris de l’ampleur ces dernières années avec la multiplication des attaques de Boko Haram. « Plusieurs d’entre eux (comités de vigilance ndlr) sont soutenus par la Présidence de la République et le Bataillon d’Intervention  Rapide (BIR). Les membres de comités de vigilance reçoivent souvent une formation brève et sans entraînement de combat sur la collecte de renseignements. Ils reçoivent parfois du BIR, des dons en nature, notamment de la nourriture et du matériel médical », écrit l’ONG.

Spécialisé dans la lutte contre le recrutement et l’exploitation des enfants par des groupes armés,  Child Soldiers International  propose d’interdire et criminaliser l’enrôlement des enfants. Les Nations Unies définissent un enfant-soldat comme « toute personne de moins de 18 ans qui est ou a été recrutée ou employée par une force ou un groupe armé, quelle que soit la fonction qu’elle y exerce »



Laisser vos commentaires






Facebook commentaires