• Accueil
  • |
  • A propos
  • |
  • Nous contacter
  • |
  • Connexion
  • |
  • Subscribe
Pey teo-a ndaandaa-ey!..Bienvenue..Welcome sur le portail Web de la communauté MBASSO'O......... Programme officiel de la journée européenne de Sa Majesté Fo'o Teigni Detio Konlack Jean, chef supérieur Bamessingué, département de Bamboutos, Cameroun. 1) dimanche 9 juillet : arrivée en Italie, rencontre avec les Mbafung de Pavia. 2) jeudi 13 juillet : arrivée à Valenciennes, rencontre avec la communauté Mbafung de France le vendredi 14 juillet. 3) samedi 15 juillet : arrivée en Belgique, rencontre avec la communauté Mbafung de Belgique, intronisation du représentant personnel du chef supérieur Bamessingue en Europe. 4) dimanche 16 juillet : audience pour les fils et filles Mbafung de Belgique qui le désirent. Retour sur Valenciennes. 5) lundi 17 juillet : audience pour les fils et filles Mbafung de France qui le désirent. 6) mercredi 19 juillet : départ pour l'Allemagne. 7) vendredi 21 juillet : départ pour l'Italie puis retour à Bamessingue. Sm dr Lefakouong Pascal. ......Télécharger sur notre site ou sur google play-store notre apps Babadjou.Net mobile et recevez aussi toutes les infos et plus......NB:la version mobile pour Téléphone-Iphone et -Windowphone sont en construction


Ouest: Les Bamilékés victimes de xénophobie dans le département du Noun





  • Posté par Ghislain Lontchi
  • 389
  • 09.05.2017 : 18.06.31
  • 0

Dépossession de terres, habitations brulées, plus d’une centaine de planteurs de la localité de Kouoptamo sont actuellement réfugiés dans la ville de Bafoussam.



C’est une véritable chasse aux sorcières qui est ouverte contre les ressortissants Bamiléké, résidant dans le département du Noun, région de l’Ouest. En effet, depuis le mois de juillet 2016, l’arrondissement de Kouoptamo est le témoin de plusieurs scènes de violences xénophobes dont les victimes sont des planteurs ressortissant de l’ethnie Bamiléké.

A en croire le quotidien Le Messager du lundi 8 mai 2017 qui relaie cette information, depuis quelques jours, la violence est de nouveaux au rendez-vous. Des hommes armés de machettes, couteaux, flèches et gourdins, s’introduisent de force dans les plantations de paysans Bamiléké et arrachent même leurs récoltes. A ce jour, six maisons ont volé en fumée.

Même si l’on ne déplore pas encore des pertes en vie humaines, les planteurs pris en grippe se sont réfugiés pour la plupart chez des parents ou connaissances résidant dans la ville de Bafoussam. Il faut noter que certains parmi les victimes sont pourtant installés dans cet arrondissement depuis plus de 50 ans.

Par ailleurs, à en croire les dire des assaillants, les expéditions menées sur les propriétés des planteurs Bamiléké seraient cautionnées par le Sultan, qui, à en croire les mêmes sources, auraient instruits à ses sujets de procéder à la récupération des terres exploitées, peut-on lire dans le journal. En effet, indique Le Messager, cette chasse à l’homme serait liée aux convoitises foncières nourris par des chefs des localités voisines. Selon certaines sources, 152 propriétaires ont déjà été chassés de leurs exploitations. Des terres légalement acquises par les planteurs pourchassés au nom de la reconstitution de la dynastie Nji Tanji, comme le clament certains assaillants. Approchées, quelques personnalités présentes dans le gouvernement du sultanat se sont refusées à tout commentaire au sujet de cette affaire


Source : Le Messager





Laisser vos commentaires






Facebook commentaires