• Accueil
  • |
  • A propos
  • |
  • Nous contacter
  • |
  • Connexion
  • |
  • Subscribe
Pey teo-a ndaandaa-ey!..Bienvenue..Welcome sur le portail Web de la communauté MBASSO'O......... Programme officiel de la journée européenne de Sa Majesté Fo'o Teigni Detio Konlack Jean, chef supérieur Bamessingué, département de Bamboutos, Cameroun. 1) dimanche 9 juillet : arrivée en Italie, rencontre avec les Mbafung de Pavia. 2) jeudi 13 juillet : arrivée à Valenciennes, rencontre avec la communauté Mbafung de France le vendredi 14 juillet. 3) samedi 15 juillet : arrivée en Belgique, rencontre avec la communauté Mbafung de Belgique, intronisation du représentant personnel du chef supérieur Bamessingue en Europe. 4) dimanche 16 juillet : audience pour les fils et filles Mbafung de Belgique qui le désirent. Retour sur Valenciennes. 5) lundi 17 juillet : audience pour les fils et filles Mbafung de France qui le désirent. 6) mercredi 19 juillet : départ pour l'Allemagne. 7) vendredi 21 juillet : départ pour l'Italie puis retour à Bamessingue. Sm dr Lefakouong Pascal. ......Télécharger sur notre site ou sur google play-store notre apps Babadjou.Net mobile et recevez aussi toutes les infos et plus......NB:la version mobile pour Téléphone-Iphone et -Windowphone sont en construction


LE 06 MAI 2017 A BABADJOU ( Obsèques officielles de SM Sambankeing Temgoua II Bertrand et arrestation du nouveau roi des Babadjou SM Kaffo Sambankeing Langevin )





  • Posté par Ghislain Lontchi
  • 488
  • 23.05.2017 : 18.06.00
  • 0

Petite histoire, Nous sommes le 24 Mars. Vers 06h, une nouvelle tombe : le Chef n’est plus. Fô SAMBANKEING TEMGOUA Bertrand vient de quitter le monde des humains. Plus qu’un coup de vent, la rumeur se répand à la vitesse de la lumière. Les visages sont anxieux, la tristesse se lit sur les visages. A la chefferie, c’est la consternation générale. Le calme et le silence règnent en maître. Aucun bruit ne filtre, même les coqs de la basse-cour n’osent chanter. On dirait qu’une mutité intarissable vient de prendre tous les habitants de la chefferie.



Deux heurs après, le secret n’existe plus, tout le monde est au courant et peu à peu la rumeur laisse la place à la certitude. Les communautés extérieures apprennent aussi la nouvelle. La manifestation marquant l’anniversaire du parti au pouvoir qui se tenait à la place des fêtes de NJINSO a l’allure d’un meeting d’appel à la sobriété. Le mot de bienvenue du Maire est à peine audible. Les discours s’enchaînent sans une réelle teneur festive. Les visages communiquent la grande tristesse.

Tout le monde est au courant. Et le 04 Avril le Gouverneur de la région de l’Ouest vient personnellement assister à la cérémonie officielle d’ouverture de deuil. La notabilité Mbasso est au devant de la cérémonie. Le nji est ouvert : pendant neuf jours, pas d’activités champêtres dans tout le groupement.
Le rite de veuvage dont il avait pour projet de moderniser en enlevant toute la barbarie et les souffrances que subissent les veuves doit s’appliquer à ses propres reines. Toutes les 4 y sont même déjà entrées. Cheveux coupés au ras, tenue légère, juste un kaba qu’elles devront arborer jusqu’aux obsèques. La tristesse, les pleurs et les visites de condoléances et de soutien rythment leur quotidien. Le roi n’est plus là pour les soutenir.


https://babadjou.net//news/img/Babadjou_mort_TemgouaII.jpg
Lamentations dans la cour royale lors de l'annonce officielle de la mort de SM Sambankeing Temgoua II Bertrand

Vient maintenant le temps de préparer les obsèques officielles. Un comité est vite mis sur pied par le Sous-préfet et entériné par le Préfet des Bamboutos. Rien de mieux qu’un homme à la maturité incontestable pour présider le Comité d’Organisation : Monsieur KOUSOK Thomas, dit Taa Falla. Tout le monde, jusqu’au Préfet des Bamboutos s’active. Une date provisoire est arrêtée : le 06 Mai 2017, mais jugée trop tôt par les élites qui voudraient un peu plus de temps pour comprendre « le pourquoi de tout ça » et surtout organiser des obsèques dignes de leur guide qui a porté le village pendant 17 ans ..
En effet, une question taraude les esprits de tous ceux qui de prêt ou de loin s’intéressent à l’évènement : « pourquoi  partent ils si tôt nos majestés ». Fo PENANDJO n’a fait que 10 ans et son frère vient de n’en faire rien que 17. Ailleurs, certains fêtent le cinquantenaire de règne. Des doigts accusateurs fusent. Certains accusent l’histoire, d’autres le non-respect des volontés de certains chefs et pour les plus lucides, Fo SAMBANKEING était malade et tout le monde le savait. C’est d’ailleurs dans un hôpital qu’il a quitté les siens. Fermons cette page qui relève de la compétence des dieux.

Comme dans toute royauté, les supputations vont bon train. Qui sera le nouveau roi. Respecteront – ils la volonté du défunt ? Des noms fusent dans sa progéniture. Tel ou tel fils est bien placé, d’ailleurs il l’aimait beaucoup. Certains osent demander de remonter l’arbre généalogique cheffal pour retrouver certaines lignées oubliées pour leur donner la succession. Mais personne ne connaît la vérité : seul le 06 Mai nous dira qui sera le prochain roi.

Pareil évènement ne peut avoir lieu sans que les notables n’entrent en scène pour donner les directives  à la population. Nous sommes le 30 Avril, le jour du marché de Bamendousso. Les notables de 9 et de 7 sont présents sur le marché. L’un d’entre eux, apparemment le plus avancé en âge, tiens un morceau d’arbuste recouvert de feuilles vertes : c’est le wang’e (Que le président du Comlango nous corrige). Il appelle toute la population présente sur le marché à se réunir autour d’eux pour recevoir les directives liées à la date du 06 mai qui reste encore provisoire. L’on notera de cette communication de près d’une heure, entrecoupée par les allers-retours du porte-parole de la circonstance auprès des notables scindés en 2 loges et placés face à face entourés de la population, les messages suivants :
02 Mai, il y aura purification du
03 Mai : c’est au tour des Magni (femme ayant enfanté des jumeaux) de se réunir à la chefferie, sans exception aucune pour implorer la paix dans la chefferie et demander les largesses des Dieux sur tout le groupement)
Le point le plus saillant et même applaudi est celui qui informe qu’il n’y aura pas de nji (interdiction de cultiver). Et de là les interprétations se précisent car l’absence du Nji signifie inéluctablement que le nouveau roi sera un mineur
L’on a aussi confirmation traditionnelle de la date du 06 mai comme celle des obsèques officielles. Le doute est levé.
Côté organisation : les commissions s’activent : communication, santé, logistique, protocole, pavoisement, restauration, finances, coutume, relations publiques sont quelques-unes d’entre elles. Des hommes de valeurs les chapeautent : TAGNIGOU Paul toujours disponible, Douola Dieudonné l’expert en pavoisement et décoration, TCHOFFO TOUOYEM Théophile, le financier improvisé pour la circonstance, TIAMBOU Nathalie et MATO Marie Pascale, deux dames dont le bras plus dur que fer n’ont d’égale que leur expertise en Communication et restauration, le relationniste NOLABO Paul, le traditionnaliste MAKAM MBI parallèlement notable de 9, TONOU TCHUENTE Hilaire Marie, le sous-préfet devenu plus que Babadjou pour la circonstance, le tout sous la houlette du président du comité d’organisation KOUSOK Thomas. Rien  que des hommes de valeurs qui présageaient déjà un succès frappant aux obsèques.


https://babadjou.net//news/img/Makem_Mbih_babadjou.jpg
MAKAM MBI et le sous-prefet  TONOU TCHUENTE Hilaire Marie lors de l'annonce officielle de la mort de SM Sambankeing Temgoua II Bertrand

Vient le temps de la mobilisation des moyens techniques, matériels et surtout financiers pour l’événement. Tous les moyens sont mis en œuvre pour combler (réaliser) le budget de la manifestation : tout le monde veut rendre un dernier hommage à l’illustre Chef. Chacun « met la main dans la poche ». L’Honorable WA, dit « Tonton Mathurin » ouvre le bal. Un compte spécial est ouvert à MC2 Babadjou pour la circonstance. Pour ceux qui sont hors de Babadjou, ils sont appelés à contribuer via le compte de MC2 Babadjou ouvert dans les livres d’Afriland First Bank. Après « Tonton Maturin », beaucoup d’élites suivent l’exemple : le Gouverneur LELE LAFRIQUE, KOUSOK Thomas et Madame, TCHOFFO Jean et Mme, MOUFO Jean, TSANGUE Gisèle. Les communautés extérieures ne sont pas en reste : La communauté Babadjou de Yaoundé en tête, suivi de Douala, puis Bamenda et celle de l’Afrique du Sud, aussi bien que la communauté Babadjou d’Europe sans oublié ceux du Gabon. Tout porte à croire que l’évènement sera un succès car rendu à une semaine, le 30 Avril, plus de la moitié du budget prévisionnel est couverte.

Les réunions de commission s’enchainent, des appels et SMS fusent. Le soir du 05 Mai, la chefferie supérieure de Babadjou est déjà parée, balisée et prête pour la manifestation. Presque tous les présidents de commission sont présents pour les derniers réglages. Les chapiteaux sont déployés, les chaises nettoyées, drapées, et disposées, la cour royale est splendide. Les artistes Mbafoung se sont donné rendez-vous pour un dernier hommage à l’illustre disparu au cours de la veillée qui commence à la tombée de la nuit. Suzy Bazor et sa petite sœur rosalie Bazor sont prêtes pour l’ouverture du podium, Dat junior s’inquiète de ce que tous les membres de CERABAF ne sont pas encore autour de lui. La veillée démarre finalement par des projections des films sur la vie de Sa Majesté Fo Sambankeing. C’est autour de 23h que les artistes prennent le relais. Une réunion stratégique d’évaluation s’impose et le Président du Comité Central d’Organisation la convoque à la résidence de
l’Honorable WA Mathurin. Elle est restreinte et réservée aux présidents de commission et quelques membres de commission volontaires. Les élites comme le Gouverneur LELE Lafrique et Monsieur TCHOFFO Jean sont aussi présents.
Parole à chaque commission pour présenter le chemin parcouru et d’éventuels obstacles pour le lendemain, assortis des solutions. Tous les budgets sont revus et les obstacles levés.
La réunion prévue pour une heure s’étend finalement de 19h à 23h. On attend plus que le lendemain, le 06 Mai 2017.

06 Mai 2017, il est 5h. Le temps est très nuageux. Tout le monde poli ses meilleurs atours. L’endimanchement est la règle. Soudain, une presque pluie commence. Les nuages occupent tout le ciel. Mais rien n’empêche la population à se déployer à l’esplanade de la Chefferie. 7h, le protocole se déploie depuis l’entrée de la chefferie à  Toumaka. Les véhicules sont filtrés. La pluie se confirme. Il est 9h. Il se crée alors une bataille de parasols estampillés à l’entrée principale de la Chefferie. Les entreprises bancaires MC2 de Babadjou pilotée par KOUSOK Thomas, NOFIA de l’Honorable MANFOUO David font un déploiement spectaculaire de parasols pour accueillir les autorités sous la pluie fine qui arrose le groupement, et aussi la Chefferie. 9h30, le protocole s’affaire à mettre en place les populations reparties par région de résidence, les autorités politiques, administratives et religieuses aux emplacements prévus. 10h les hostilités commencent. La pluie ne se laisse pas faire. 10h15, l’évêque Monseigneur WATIO et tout le clergé à sa suite prennent leur loge pour le service cultuel. Le culte se fait sous une fine pluie, couplée par l’arrivée des autorités de haut rang parmi lesquelles le Vice-premier Ministre, Secrétaire Général du Comité Central du RDPC Jean NKUETE, Le Ministre des Travaux Publics Emmanuel NGANOU DJOUMESSI, les gouverneurs LELE Lafrique et AWA FONKA Augustine, le Sultan roi des Bamoun, Sa Majesté Ibrahim MBOMBO NJOYA, Les Préfets et les chefs traditionnels homologues du défunt.
11h30 la messe prend fin et curieusement, la pluie aussi : on assiste à l’ouverture de la case funèbre implantée au cœur de la cour royale : La chaise royale du Chef est vide, mais ses attributs sont là, il est absent. Dans quelques instants, on saura qui est son successeur.


https://babadjou.net//news/img/chef_de_louest_cameroun.jpeg
                      Chefs traditionnels  présents lors la cérémonie

On lève le drapeau pour ouvrir la cérémonie officielle.
Le suspense plane : personne ne dit plus mot, car à cet instant, les pronostics sont arrêtés. Les discours commencent. Le Président du Comité Central d’organisation prend la parole au nom de toute son équipe pour remercier tous les efforts consentis par tout le peuple Babadjou pour le succès des manifestations, s’enchaînent alors les messages de condoléances avec en bonne place celui du Chef de l’Etat, le mot du Préfet des Bamboutos…
12h : La cérémonie de décoration du défunt Chef Supérieur commence. Elle est dirigée par le Gouverneur de la Région de l’Ouest, le défunt est élevé à titre posthume au rang de chevalier de l’ordre de la valeur. Par la suite on assiste au dépôt des gerbes de fleurs. Celle du Président de la République et son épouse arrive en tête. Elle est déposée par le Gouverneur de la Région de l’Ouest, puis suivra celle du Comité Central du RDPC déposée par le Ministre Emmanuel NGANOU DJOUMESSI, mais conduite sur les lieux par une équipe de la section
OFRDPC Bamboutos Centre II. L’association des Bamboutos de France présidée par Mme TCHOFO Anny vient clore la liste avec sa gerbe fleurs.

Le Communicateur de la circonstance annonce le moment tant attendu : la phase traditionnelle. Les notables sont appelés à se retirer avec l’autorité administrative pour une consultation en vue de désigner le nouveau roi. Les 4 veuves sont appelées dans la chefferie, mais ressortent quelques instants après. La tension monte. Les cœurs battent. Qui sera-t-il ?

Tous les princes de la chefferie sortent pour faire le tour de deuil devant la population à la cour royale. Ils sont drapés en un tissu uniforme chacun allant de son style. Le roi sortira parmi eux. Les pleurs et la désolation vont bon train chez les princes et princesses. Ils font le tour complet de la cour royale et viennent se placer sur le côté droit de la case funèbre, près de l’entrée de la chefferie. Le suspense atteint son paroxysme. Les journalistes et paparazzis apprêtent leurs équipements. Tout le monde veut avoir la meilleure image du nouveau roi. La population abandonne les chapiteaux et les chaises pour se rapprocher au plus près de la scène. Personne ne veut rater un geste. Les forces de l’ordre sont débordées.

Soudain, les notables sortent de la Chefferie. Tout le monde se lève. Ils se placent derrière les princes alignés, font une tournée majestueuse derrière eux. Ils trainent, rode et le suspens monte. Les cœurs battent la chamade et, soudain, un prince, tout jeune et légèrement élancé est saisi de ses deux bras. La foule exulte en cris et chacun exprimant ses sentiments selon sa posture. Le nouveau roi est conduit directement à l’intérieur de la Chefferie. La pression monte, le peuple n’a pas eu l’occasion de mieux le voir. Et voilà la fumée blanche. Il ressort de la chefferie tout majestueux. Il porte un chapeau sur sa tête avec une guirlande en herbe sacrée  (Ndoht) au cou et un billard en tissus traditionel (ndi dap). Brun et élancé, pas aussi géant que son père, aussitôt apprend t-on qu’il est élève en classe de seconde au Lycée Bilingue de Babadjou. Son nom : KAFFO SAMBANKEING Langevin. Voilà la fin du suspense.
https://babadjou.net//news/img/nouveau_chef_babadjou.jpg
                            Arrestation du nouveau roi

Il est présenté à la population entouré de ses parrains dont le chef supérieur Bangang à gauche, le chef supérieur Foto à sa droite et les notables. Il est aussi rapidement présenté aux autorités présentes à la cérémonie avant de rejoindre la chefferie où il officiera désormais non plus comme prince, mais comme roi. La joie se lit sur les visages. Le peuple est satisfait. Après plus d’un mois d’errance, il a désormais un roi.
Mais à cause de son jeune âge, le roi devra attendre l’intronisation qui est repoussée, d’où l’absence du Nji qui devrait sanctionner son entrée au la’kam : le peuple Babadjou est donc sous régence.

La cérémonie prend fin. La communication annonce les différents lieux de restauration et de réjouissances auxquelles sont conviées les autorités et la population. La résidence du gouverneur LELE LAFRIQUE devra recevoir les élites politiques, administratives et religieuses présentes, celle de M. NKONLACK Raymond recevra les autres personnalités et la population devra attendre son paquet minimum sur place, à l’esplanade de la chefferie.

Les réjouissances se sont poursuivis dans les quartiers en attendant la cérémonie d’intronisation.

https://babadjou.net//news/img/nouveau_chef_babadjou1.jpeg
                                              Présentation du nouveau roi

 La cérémonie du 06 mai qui prend fin ouvre le bal des descentes de deuil des quartiers suivant les dates qui ont été communiquées à chaque chef de troisième degré du groupement.
Les mbasso de la diaspora et autres qui n’ont pas pu effectuer le déplacement de Babadjou ont suivi la cérémonie en direct sur babadjou.net grâce aux avancées technologiques et la perspicacité de l’équipe de Ghislain Lontchi en Allemagne représentée sur place par Serge NDjowé, Simplice Alomba et Lajolie Fopa.

MAKAM MBI, notable de 9 et porte-parole et point focal des autorités traditionnelles à cet événement dira ceci de l’organisation de cette cérémonie.

« Bonjour à tous.
Malgré nos différences, nous venons de réaliser un premier pas important. Le roi est là !
La communauté des notables salue tous les efforts qui ont été faits sous votre houlette. Elle prend date avec l'histoire et fera tout son possible pour que l'avenir soit plus heureux. Nous avons perçu beaucoup d'appréhensions, des peurs mêmes ! Mais, chacun à sa place, nous ne devons avoir aucun doute... les mbasso avanceront.                       .
Nous saluons particulièrement monsieur le s/préfet pour son sens élevé de l'intérêt de Babadjou.
Puisse le Dieu de nos ancêtres bénir vos différents dons qui ont aidés à réaliser les œuvres de la journée du 06 mai !
Construisons notre Babadjou sans préjugés ni peur!Restons en prière et demandons au Très-Haut de nous conduire à la prochaine étape !
Bonne journée."


Vive le nouveau roi !
                          Alain Roosevelt TIDJIO N.
                             Communiquant - Entrepreneur



Laisser vos commentaires






Facebook commentaires