• Accueil
  • |
  • A propos
  • |
  • Nous contacter
  • |
  • Connexion
  • |
  • Subscribe
Pey teo-a ndaandaa-ey!..Bienvenue..Welcome sur le portail Web de la communauté MBASSO'O......... Programme officiel de la journée européenne de Sa Majesté Fo'o Teigni Detio Konlack Jean, chef supérieur Bamessingué, département de Bamboutos, Cameroun. 1) dimanche 9 juillet : arrivée en Italie, rencontre avec les Mbafung de Pavia. 2) jeudi 13 juillet : arrivée à Valenciennes, rencontre avec la communauté Mbafung de France le vendredi 14 juillet. 3) samedi 15 juillet : arrivée en Belgique, rencontre avec la communauté Mbafung de Belgique, intronisation du représentant personnel du chef supérieur Bamessingue en Europe. 4) dimanche 16 juillet : audience pour les fils et filles Mbafung de Belgique qui le désirent. Retour sur Valenciennes. 5) lundi 17 juillet : audience pour les fils et filles Mbafung de France qui le désirent. 6) mercredi 19 juillet : départ pour l'Allemagne. 7) vendredi 21 juillet : départ pour l'Italie puis retour à Bamessingue. Sm dr Lefakouong Pascal. ......Télécharger sur notre site ou sur google play-store notre apps Babadjou.Net mobile et recevez aussi toutes les infos et plus......NB:la version mobile pour Téléphone-Iphone et -Windowphone sont en construction


Utilisation des pesticides: L’agriculteur appelé à un usage responsable





  • Posté par Ghislain Lontchi
  • 205
  • 17.05.2017 : 09.09.12
  • 0

Le lancement officiel des formations conjointes ministère de l’Agriculture et du développement rural (Minader) – Croplife Cameroun a eu lieu le lundi 15 mai à Mbalmayo dans le département du Nyong et So’o. Lesdites formations portent sur l’utilisation responsable des produits de protection des végétaux.



Henri Fosso, le président de Croplife-Cameroun, l’a rappelé d’entrée de jeu : l’agriculture aujourd’hui est un défi mondial et en même temps un challenge national au Cameroun. « L’agriculture est un défi mondial parce qu’elle doit résoudre l’épineuse question de comment nourrir une population mondiale qui croît sans cesse en cultivant sur des terres de plus en plus réduites et exposés aux changements climatiques ; elle est un challenge national au Cameroun parce qu’elle a été identifiée comme pouvant servir de formidable levier pour porter la croissance économique de notre pays vers son émergence, lutter contre le chômage des jeunes et améliorer les conditions de vie de nos populations rurales qui la pratiquent » Ce défi impose selon lui une augmentation quantitative et qualitative de la production agricole.

Le Minader ayant compris les enjeux de ce secteur, a mis en place, un programme de formation des producteurs agricoles dans toute l’étendue du territoire à travers la Direction du développement agricole. Ces formations visent à faire des agriculteurs des personnes au centre du développement. A cet effet, le Minader s’est allié à Croplife Cameroun, un centre d’expertise de l’industrie de la plante, dont l’un des objectifs est d’assister le Cameroun et la Cémac afin d’accroître la production agricole par la fourniture des produits phytosanitaires de qualité, l’encadrement visant une utilisation optimale des produits phytosanitaires concernant leur efficacité et par la promotion de la lutte intégrée.

Agriculture maraîchère

D’après Henri Eyebe Ayissi, ministre de l’Agriculture et du développement rural, « Le Cameroun présenté comme le levier de l’Afrique centrale est appelé à promouvoir une agriculture durable afin d’assurer sa pérennisation de sa production. Croplife se tient au côté du Cameroun et entreprend d’accompagner le gouvernement dans son effort de transformer ses agriculteurs traditionnels en agriculteurs modernes qui protègent l’écosystème par une utilisation raisonnée des pesticides ». D’où les formations conjointes 2017 Minader – Croplife Cameroun, dont le lancement officiel a eu lieu lundi dernier.

Les produits maraîchers aujourd’hui sont devenus une source substantielle de revenu grâce à la demande croissante des populations de plus en plus nombreuses. Ces cultures maraîchères malheureusement sont soumises à une pression constante des maladies. Pour réduire les pertes qui en découlent souvent, les producteurs sont amenés à recourir à l’usage intensif des produits phytosanitaires tels que : les insecticides, fongicides, nématicides et bien d’autres pour protéger leurs cultures.

Traitement phytosanitaires

Ces pesticides bien qu’ayant des avantages sur l’accroissement du rendement, présentent des risques aussi bien pour les producteurs que pour les consommateurs. Pour Croplife Cameroun, « il est nécessaire de s’assurer en permanence que les pesticides font l’objet d’une utilisation judicieuse sur les cultures en champ et même sur les denrées stockées car, ces denrées une fois récoltées et mises en vente présentent souvent des résidus de pesticides issus des récentes pulvérisations en raison du non respect des délais avant récolte, les rendant impropres à la consommation ».

A cet effet, la sous-direction des interventions phytosanitaires (Sdip) et Croplife Cameroun, ont entrepris une mission de sensibilisation et de renforcement des capacités des producteurs maraîchers des 10 régions du Cameroun en vue de les amener à une utilisation raisonnée des pesticides dans la protection de leurs cultures. Les cultures maraichères ciblées par ce programme sont : la tomate, la pastèque, le gombo, le piment et la pomme de terre. La formation lancée officiellement lundi dernier se déroulera en deux jours dans les dix régions du Cameroun.


Annette MINDJIE
(Stagiaire) à Mbalamayo


Source : Le Messager

Laisser vos commentaires






Facebook commentaires