• Accueil
  • |
  • A propos
  • |
  • Nous contacter
  • |
  • Connexion
  • |
  • Subscribe
Pey teo-a ndaandaa-ey!..Bienvenue..Welcome sur le portail Web de la communauté MBASSO'O......... Programme officiel de la journée européenne de Sa Majesté Fo'o Teigni Detio Konlack Jean, chef supérieur Bamessingué, département de Bamboutos, Cameroun. 1) dimanche 9 juillet : arrivée en Italie, rencontre avec les Mbafung de Pavia. 2) jeudi 13 juillet : arrivée à Valenciennes, rencontre avec la communauté Mbafung de France le vendredi 14 juillet. 3) samedi 15 juillet : arrivée en Belgique, rencontre avec la communauté Mbafung de Belgique, intronisation du représentant personnel du chef supérieur Bamessingue en Europe. 4) dimanche 16 juillet : audience pour les fils et filles Mbafung de Belgique qui le désirent. Retour sur Valenciennes. 5) lundi 17 juillet : audience pour les fils et filles Mbafung de France qui le désirent. 6) mercredi 19 juillet : départ pour l'Allemagne. 7) vendredi 21 juillet : départ pour l'Italie puis retour à Bamessingue. Sm dr Lefakouong Pascal. ......Télécharger sur notre site ou sur google play-store notre apps Babadjou.Net mobile et recevez aussi toutes les infos et plus......NB:la version mobile pour Téléphone-Iphone et -Windowphone sont en construction


Guerre contre Boko Haram: Déjà 2000 camerounais tués





  • Posté par Ghislain Lontchi
  • 168
  • 10.08.2017 : 21.09.39
  • 0

C’est le chiffre des victimes camerounaises des attentats terroristes depuis 2012.



2000 camerounais civils et militaires ont perdu la vie en cinq ans à cause des attentats perpétrés par Boko Haram. L’information est contenue dans les colonnes de L’Œil du Sahel du 9 août. Le journal s’appuie sur les chiffres du collectif « Unis pour le Cameroun » qui a établi le fichier des victimes depuis le début des exactions du groupe terroriste.

Le journaliste Eric Benjamin Lamère, porte-parole dudit collectif, affirme que « nous disposons d’un fichier consolidé de plus de 1700 victimes. Devant le nom de chaque victime, y figurent le lieu et la date de sa mort. Nous disposons de plus de 300 noms d’autres victimes sur lesquelles nous poursuivons notre travail de mémoire, pour déterminer avec exactitude la date de leur mort ».

Avant de multiplier les attaques à une fréquence plus ou moins régulière en territoire camerounais, les éléments de Boko Haram avait fait plusieurs victimes. « Les premières victimes camerounaises du terrorisme ont été enregistrées avant l’entrée du Cameroun en guerre contre Boko Haram, en mai 2014. En 2012, Boko Haram avait déjà fait couler le sang des citoyens camerounais. Le cas de Hidami Halmi, originaire du village Mougouda et de Digui Baldena du village Moskota, tous deux égorgés le 26 août 2012, alors qu’ils se rendaient en territoire nigérian pour travailler dans des champs, en sont des parfaits exemples », lit-on dans le journal.

Depuis, les attaques se sont propagées dans plusieurs départements de l’Extrême-Nord. Trois départements au total concentrent l’essentiel de ces attaques. Le Mayo-Tsanaga, le Mayo-Sava et le Logone et Chari qui ont subi 97% des attaques de Boko Haram en territoire camerounais. A en croire Raoul Simplice Minlo’o, secrétaire général de « Unis pour le Cameroun », dans ces trois départements, ce sont au moins 180 localités qui ont été frappées.

Dans ce hit-parade triste, la ville de Fotokol occupe le haut du pavée en matière de plus grand nombre de victimes enregistrées en une même journée. On apprend qu’une attaque à fait 145 victimes le 4 février 2015.


Source : L`Oeil du Sahel


Laisser vos commentaires






Facebook commentaires