• Accueil
  • |
  • A propos
  • |
  • Nous contacter
  • |
  • Connexion
  • |
  • Subscribe
Pey teo-a ndaandaa-ey!..Bienvenue..Welcome sur le portail Web de la communauté MBASSO'O......... INVITATION: L’ASSOCIATION CULTURELLE DES RESSORTISSANTS MBAFUNG DE BELGIQUE (LEUNG MBAFUNG DE BELGIQUE) a l’honneur de vous convier à la soirée de gala Samedi 09 décembre 2017 à 21h précises ......Télécharger sur notre site ou sur google play-store notre apps Babadjou.Net mobile et recevez aussi toutes les infos et plus......NB:la version mobile pour Téléphone-Iphone et -Windowphone sont en construction


Le patronat camerounais a répercuté ses critiques sur la politique du FMI à Mitsuhiro Furusawa





  • Posté par Ghislain Lontchi
  • 316
  • 23.09.2017 : 15.03.20
  • 0

Daniel Claude Abate (photo), le président du Mouvement des entrepreneurs du Cameroun (Mecam), rapporte les critiques que le patronat a répercutés à Mitsuhiro Furusawa, le directeur général adjoint du Fonds monétaire international (FMI), en visite au Cameroun du 14 au 15 septembre.



« Au cours de cette réunion de travail à huis clos entre le DG adjoint du FMI et son équipe d´une part, et les principaux représentants du patronat camerounais d´autre part, les discussions et les échanges ont été certes courtois mais très francs et sincères », révèle Daniel Claude Abate.

D’après lui, le patronat camerounais a déploré la signature d’un nouveau programme économique et financier du FMI, le 26 juin dernier, dans lequel son nom et son rôle sont évoqués alors même qu´il n´a pas été suffisamment impliqué dans l´élaboration dudit programme. « Et même après signature, sa communication s´est faite en dilettante et de manière approximative et laborieuse », critique le président du Mecam.

Le patronat a regretté la faiblesse des ressources financières débloquées par le FMI pour aider la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) à faire face à la crise actuelle afin de résoudre les déséquilibres extérieurs. « Comment expliquer par exemple, à titre de comparaison, que la Grèce dans les même conditions avec un PIB de 200 milliards $ ait bénéficié d´un package d´aide du FMI de l´ordre de 260 milliards $ (145 000 milliards de FCFA) alors que tous les pays de la zone Cemac avec un PIB de 75 milliards $ n´ont bénéficié que de 4 milliards $ d´aide (prêts). Soit seulement un peu moins de 2 500 milliards de FCFA. L´injustice des moyens est, on ne peut plus criante », fulmine le Mecam.

Le patronat a exprimé son incompréhension et sa plus vive préoccupation sur l´application qui est déjà faite par l´administration camerounaise d´un certain nombre de mesures issues de ce programme avec le FMI. Le Mecam cite, entre autres, des mesures concernant les transferts des entreprises à l´étranger, l´élargissement de l´assiette fiscale, le paiement anticipé du précompte fiscal, la résurgence des contrôles fiscalo-douaniers intempestifs au sein des entreprises, la mise en place unilatérale de mesures de restriction et de contrôle de la masse monétaire, etc.

« Il est regrettable que le FMI continue lui-même à s´enfermer dans les schémas ou des modèles qui ne tournent qu´autour des appuis budgétaires ou d´équilibre des finances publiques alors même que c´est l´activité économique qui génère les ressources publiques. On ne peut pas indéfiniment continuer à augmenter la pression fiscale et à élargir l´assiette fiscale.», martèle Daniel Claude Abate.


Source : investiraucameroun.com


Laisser vos commentaires






Facebook commentaires