• Accueil
  • |
  • A propos
  • |
  • Nous contacter
  • |
  • Connexion
  • |
  • Subscribe
Pey teo-a ndaandaa-ey!..Bienvenue..Welcome sur le portail Web de la communauté MBASSO'O......... INVITATION: La journée de la fille Mbafoung de Douala demain au CEBAD de Bepanda à partir de 14h......Télécharger sur notre site ou sur google play-store notre apps Babadjou.Net mobile et recevez aussi toutes les infos et plus......NB:la version mobile pour Téléphone-Iphone et -Windowphone sont en construction


Bangangté: Des corps abandonnés à la morgue





  • Posté par Ghislain Lontchi
  • 1571
  • 13.01.2016 : 14.02.00
  • 0

Le préfet du Ndé annonce leur inhumation ce mardi 12 janvier 2016, si leurs familles ne se présentent pas.



La morgue de l’hôpital de district de Bangangté compte parmi les cadavres qui y séjournent, des indésirables. Ils sont visiblement devenus ainsi, à cause des leurs qui n’auraient plus fait signe de vie depuis très longtemps. Et le préfet du département du Ndé compte s’en débarrasser, pas plus tard que ce mardi 12 janvier 2016. Dans un communiqué qu’il a signé il y a quelques jours, Ernest Samuel Christian Ebelle liste d’emblée ces dépouilles. Il s’agit de Emmanuel Kassi, déposé par sa fille Marie Labicheu ; de Daniel Dematchoua, déposé le 21 mars 2014. En plus de ces deux corps formellement identifiés, les quatre autres, victimes des accidents de la circulation, ou mort dans de circonstances troubles n’ont pas pu être identifiés. Il s’agit de deux carcasses de corps calcinés, issues de l’accident de circulation de l’agence de transport interurbain Amour Mezam à Tonga en 2012; d’une femme âgée d’environ 20 ans, retrouvée morte dans un hôtel de la ville de Bangangté et déposée à la morgue le 17 juillet 2014 ; enfin d’un homme d’une cinquantaine d’année, déposé en octobre 2014. Par la suite, le patron du département du Ndé invite les ayants droit de ces différentes dépouilles à se hâter. Sinon précise-t-il, elles seront remises au service des pompes funèbres pour inhumation ce mardi 12 janvier 2016.

Vivien Tonfack


Laisser vos commentaires






Facebook commentaires