• Accueil
  • |
  • A propos
  • |
  • Nous contacter
  • |
  • Connexion
  • |
  • Subscribe
Pey teo-a ndaandaa-ey!..Bienvenue..Welcome sur le portail Web de la communauté MBASSO'O......... INVITATION: La journée de la fille Mbafoung de Douala demain au CEBAD de Bepanda à partir de 14h......Télécharger sur notre site ou sur google play-store notre apps Babadjou.Net mobile et recevez aussi toutes les infos et plus......NB:la version mobile pour Téléphone-Iphone et -Windowphone sont en construction


BABADJOU VIT UNE VERITABLE CANICULE





  • Posté par Ghislain Lontchi
  • 2065
  • 14.05.2016 : 17.05.31
  • 0

Voici près d’un mois que le sol de la localité de Babadjou n’a plus vu une goutte de pluie. La situation se vit ainsi dans plusieurs zones de la région de l’ouest. Pourtant nous sommes en pleine saison de pluie selon la répartition climatique de la zone équatoriale



Selon les géographes, ceci est dû aux changements climatiques ; conséquence de la déforestation intense que connaissent nos localités. Pour certains plus traditionalistes, il faut aussi chercher la cause dans les abominations des populations. Ce serait, disent-ils, un mécontentement des dieux.  Les manifestations de cette sécheresse sans nulle pareille sont violentes tant pour l’environnement que pour les êtres vivants. Les plantes qui étaient en pleine croissance sèchent par manque d’eau. 

Les pieds maïs par exemple jaunissent et sont attaqués par les insectes et les chenilles.

Les jardiniers qui ont lancé les saisons de poivron, choux, piment, carotte…ont  presque perdu espoir. Le manque d’eau qui est déjà un problème criard de la localité s’accentue. Il faut se lever de très bonne heure pour espérer trouver un peu d’eau au seul point qui par la miséricorde divine laisse encore tomber quelques gouttes.

https://www.babadjou.net//news/img/babadjou_canicule2.jpg

Sur nos routes en terre battue, la poussière est de retour comme en pleine sèche et propage les microbes dans la nature. Les populations sont dans la tourmente. Si vivre la chaleur quotidienne est déjà un réel calvaire, les interrogations les plus sérieuses portent sur la future saison de récolte : allons-nous vivre une année de disette à Babadjou ? La curiosité révèle d’ailleurs qu’à l’ouest Cameroun, ce sont les bassins de production qui sont plus affectés par ce manque de pluie. On comprend alors la grande inquiétude  pour le Cameroun en général. Remédier à ce problème demande des actions durable et planétaire. Les pays industrialisés doivent effectivement réduire leurs émissions des gaz à effet de serre. Sur le plan local, la destruction du couvert végétal doit subir une action inverse, c’est-à-dire sa reconstitution. Les populations doivent aussi être sensibilisées sur la réadaptation des habitudes en fonction des changements. Ces solutions pourront permettre de réduire les changements dans les années futures. Mais de façon prompte, certains demandent que les messes soient dites dans les chapelles pour implorer la miséricorde divine ou qu’on fasse les sacrifices pour les dieux du village cessent leur colère.

Source:SERGE ROLAND NDJOWE 


Laisser vos commentaires






Facebook commentaires