• Accueil
  • |
  • A propos
  • |
  • Nous contacter
  • |
  • Connexion
  • |
  • Subscribe
Pey teo-a ndaandaa-ey!..Bienvenue..Welcome sur le portail Web de la communauté MBASSO'O......... INVITATION: Le Challenge Mbafung de Belgique organisé le samedi 21 juillet 2018 avec la cérémonie d'installation des Ma'afoo ..... Lieu: Belgique / Bruxelles............ Contacts: 0032 466 24 80 18, 0032 484 05 79 91............Télécharger sur notre site ou sur google play-store notre apps Babadjou.Net mobile et recevez aussi toutes les infos et plus......NB:la version mobile pour Téléphone-Iphone et -Windowphone sont en construction


Le gouvernement camerounais annonce le bitumage de près de 1000 km de routes en 2017





  • Posté par Ghislain Lontchi
  • 1212
  • 24.11.2016 : 13.01.55
  • 0

Le Premier ministre camerounais, Philémon Yang, a révélé le 22 novembre 2016 devant les députés, les ambitions du gouvernement dans le domaine de la construction des infrastructures routières au cours de l’année 2017. Présentant devant les élus du Peuple le programme économique, social et culturel de son gouvernement pour l’année prochaine, Philémon Yang a annoncé un programme de bitumage de près de 1000 km de routes.



Dans le détail, a-t-on appris, le gouvernement s’attèlera, dans le cadre de son budget d’investissements publics (BIP), soutenu par des financements de partenaires extérieurs, à bitumer un linéaire de 250 km de routes nouvelles, a souligné le PM. A cela, il faudra ajouter 677 km de routes qui seront bitumées dans le cadre du plan d’urgence triennal, a précisé Philémon Yang.

Cette annonce du PM révèle que le gouvernement camerounais tiendra une fois de plus en 2017 sa promesse de bitumer en moyenne 300 km de routes chaque année, mais aussi que les pouvoirs publics se rapprochent de leur objectif d’avoir un réseau routier bitumé de 8500 km de routes en 2020, contre un peu plus de 6000 km actuellement.

Cependant, cela demeure insuffisant pour le pays. Car 8500 km de routes bitumées correspondent à seulement 17% du réseau routier national. A l’origine de ce retard en matière de construction des routes, soutiennent plusieurs experts, le coût élevé du bitumage dans le pays, qui serait le double de la moyenne pratiquée en Afrique. Une tendance que le gouvernement souhaite inverser, en mettant en place des unités de production d’intrants, telles que les centrales de concassage.

Brice R. Mbodiam


Source : investiraucameroun.com

Laisser vos commentaires






Facebook commentaires