• Accueil
  • |
  • A propos
  • |
  • Nous contacter
  • |
  • Connexion
  • |
  • Subscribe
Pey teo-a ndaandaa-ey!..Bienvenue..Welcome sur le portail Web de la communauté MBASSO'O......... INVITATION: Le Challenge Mbafung de Belgique organisé le samedi 21 juillet 2018 avec la cérémonie d'installation des Ma'afoo ..... Lieu: Belgique / Bruxelles............ Contacts: 0032 466 24 80 18, 0032 484 05 79 91............Télécharger sur notre site ou sur google play-store notre apps Babadjou.Net mobile et recevez aussi toutes les infos et plus......NB:la version mobile pour Téléphone-Iphone et -Windowphone sont en construction


Résurgence de la rougeole au Cameroun





  • Posté par Ghislain Lontchi
  • 1226
  • 10.12.2016 : 13.01.24
  • 0

La rougeole sévit de plus en plus dans certaines localités du Cameroun, avec plus d’un millier de cas suspectés, dont 77 déjà confirmés, d’après des chiffres publiés vendredi par le ministère de la Santé publique (MINSANTE).



Les statistiques du Programme élargi de vaccination (PEV) font état de 1 495 cas de rougeole détectés sur l’ensemble du territoire depuis le début de l’année dont 77 ont été déclarés positifs, soit 5,15 pour cent de ces cas. 

« Mon bébé de 18 mois a failli mourir de rougeole il y a deux semaines. Nous le traitions en automédication croyant avoir affaire au paludisme. Ce sont des lésions purulentes dans la bouche et les lèvres extrêmement rouges, son état dégradé qui nous ont poussés vers l’hôpital où l’affection a été confirmée », a témoigné une maman. 

Malgré cette résurgence de la maladie, les autorités médicales parlent « d’une situation sous contrôle ». 

Au PEV, en dépit de cette situation, on affirme d’ailleurs que «le Cameroun ne connaît pas une épidémie de rougeole. En 2016, six districts de santé sur 189 ont fait face à une résurgence de la maladie et des ripostes ont été rapidement menées», explique-t-on. 

D’autres sources du PEV affirment que 74 pour cent des cas positifs sont des enfants n’ayant pas reçu leur vaccin anti rougeoleux parce que « c’est un vaccin que les mamans oublient souvent de faire administrer à leurs enfants du fait qu’il est le dernier du protocole auquel on doit soumettre l’enfant avant sa première année ». 

Selon des sources sanitaires, le taux de couverture vaccinale doit atteindre les 90 pour cent pour éviter ces risques.



Source : APANEWS

Laisser vos commentaires






Facebook commentaires