• Accueil
  • |
  • A propos
  • |
  • Nous contacter
  • |
  • Connexion
  • |
  • Subscribe
Pey teo-a ndaandaa-ey!..Bienvenue..Welcome sur le portail Web de la communauté MBASSO'O......... INVITATION: La journée de la fille Mbafoung de Douala demain au CEBAD de Bepanda à partir de 14h......Télécharger sur notre site ou sur google play-store notre apps Babadjou.Net mobile et recevez aussi toutes les infos et plus......NB:la version mobile pour Téléphone-Iphone et -Windowphone sont en construction


Cameroun - Marchés: La ville de Buea est la plus chère du Cameroun





  • Posté par Ghislain Lontchi
  • 1640
  • 14.12.2016 : 23.11.51
  • 0

Selon l’Institut National de la Statistique (INS), la ville de Buea arrive en tête des villes les plus chères du pays, avec une hausse des prix enregistrée de 2,1%, à septembre 2016.



Selon la dernière note de synthèse publiée le lundi 12 décembre 2016 par l’Institut National de la Statistique (INS), les prix à la consommation finale des ménages ont augmenté de 1,1% en 2016. En 2015 à la même période, elle était de 3,0%. «En moyenne sur les douze derniers mois, l’augmentation est de 1,2%, soit près de deux points (1,7) en moins comparativement au niveau d’il y a un an. Dans l’ensemble, les prix à la consommation ont augmenté dans toutes les villes au cours de cette période à l’exception de Maroua. La plus forte hausse des prix a été enregistrée à Buea (2,1%)», révèle le rapport.

Buea est suivie de Bafoussam (1,8%), N’Gaoundéré (1,6%), Bamenda (1,3%), Yaoundé (1,3%) et Douala (1,1%). Par contre, les prix ont reculé de 0,8% à Maroua «sans doute du fait de la faible demande provenant du Nigeria», constate l’INS. Cette hausse est «la conséquence de la flambée des prix des boissons alcoolisées et tabacs (5,4%), des services de restaurants et hôtels (4,1%) et les produits alimentaires et boissons non alcoolisées (1,7%); favorisés par le renchérissement des prix des produits fruitiers (13,4%), des légumes (8,0%), des laits et produits laitiers, des œufs et ceux des huiles et graisses (1,0%)», observent les experts de l’INS.

Les prix des poissons et fruits de mer connaissent une hausse de 0,4%, alors que les prix des viandes et ceux des céréales ont respectivement reculé de 2,1% et de 1,2% au cours des douze derniers mois. Les coûts des fruits, surtout ceux des agrumes, ont augmenté de 13,1% et autres fruits frais (13,1%). «Il s’agit particulièrement du citron (30%), du corossol (20%) et de l’avocat tendre (20%)».

Les prix des légumes ont crû de 8,0% au cours des douze derniers mois. «Ceci s’explique par la hausse des prix des féculents (13,9%) et des prix des légumes transformés (6,0%) en général, notamment ceux de la patate douce (24%), du macabo (16%), de la banane fraîche non mûre (13%), des ignames (12%), de la banane plantain (11%), des pommes de terre (10%) et du manioc déshydraté en cossette (7%)», note le rapport.

Les huiles et graisses haussent de 1,0%. Les prix des sucres, confitures, miel et chocolats ont eux aussi augmenté de 0,6%. Les prix des poissons congelés et ceux des poissons frais ont respectivement reculé de 2,2% et 1,0%. «Sur les douze derniers mois, on note que l’inflation a été seulement d’origine interne. Les prix des biens locaux se sont accrus de 1,8% alors que ceux des biens importés ont fléchi de 0,3%. Cette situation s’explique par une offre insuffisante des produits frais». Pour Le Quotidien de l’Économie du 14 décembre 2016, c’est le fait curieux relevé par l’INS.


Par Géraldine IVAHA | Cameroon-Info.Net


Laisser vos commentaires






Facebook commentaires