• Accueil
  • |
  • A propos
  • |
  • Nous contacter
  • |
  • Connexion
  • |
  • Subscribe
Pey teo-a ndaandaa-ey!..Bienvenue..Welcome sur le portail Web de la communauté MBASSO'O......... INVITATION: Le Challenge Mbafung de Belgique organisé le samedi 21 juillet 2018 avec la cérémonie d'installation des Ma'afoo ..... Lieu: Belgique / Bruxelles............ Contacts: 0032 466 24 80 18, 0032 484 05 79 91............Télécharger sur notre site ou sur google play-store notre apps Babadjou.Net mobile et recevez aussi toutes les infos et plus......NB:la version mobile pour Téléphone-Iphone et -Windowphone sont en construction


Eneo parvient à un accord pour régler sa dette envers KPDC, et obtient ainsi l’augmentation des capacités de la centrale de Kribi





  • Posté par Ghislain Lontchi
  • 462
  • 17.02.2018 : 18.06.22
  • 0

La centrale à gaz de Kribi, construite dans la région du Sud du Cameroun et gérée par la société KPDC, «augmente progressivement ses livraisons d’énergie au profit» d’Eneo, le concessionnaire du service public de l’électricité au Cameroun.



Cette normalisation des livraisons de KPDC au profit de l’électricien Eneo, a révélé le directeur général de cette dernière entreprise (Joël Nana Kontchou), en inaugurant l’immeuble siège de sa région Sanaga Océan, le 14 février 2018 à Kribi ; est la conséquence d’un accord trouvé entre les deux partenaires, en vue du règlement de la dette réclamée à Eneo. 

Pour rappel, en fin d’année dernière, à cause d’une dette qui avait atteint «le seuil critique», selon KPDC, cette entreprise avait dû réduire de 100 MW les capacités de production de la centrale à gaz de Kribi (213 MW), privant ainsi Eneo de l’énergie nécessaire pour assurer un approvisionnement optimal de ses clients du réseau interconnecté Sud. 

Incapable de payer ses factures auprès de KPDC, à cause des difficultés de trésorerie, Eneo avait à son tour mis à l’index une dette d’environ 100 milliards de francs Cfa, réclamée à l’Etat camerounais, au titre des consommations des administrations publiques et des manque-à-gagner tarifaires. 

Le règlement par l’Etat d’une partie de cette dette (15 milliards FCfa), avait d’ailleurs permis à Eneo, en décembre 2017, de faire une avance à KPDC, détendant ainsi un tout petit peu les rapports de collaboration entre les deux entreprises contrôlées par le fonds d’investissements britannique Actis. 

BRM


Source : investiraucameroun.com

Laisser vos commentaires






Facebook commentaires