• Accueil
  • |
  • A propos
  • |
  • Nous contacter
  • |
  • Connexion
  • |
  • Subscribe
Pey teo-a ndaandaa-ey!..Bienvenue..Welcome sur le portail Web de la communauté MBASSO'O......... INVITATION: Le Challenge Mbafung de Belgique organisé le samedi 21 juillet 2018 avec la cérémonie d'installation des Ma'afoo ..... Lieu: Belgique / Bruxelles............ Contacts: 0032 466 24 80 18, 0032 484 05 79 91............Télécharger sur notre site ou sur google play-store notre apps Babadjou.Net mobile et recevez aussi toutes les infos et plus......NB:la version mobile pour Téléphone-Iphone et -Windowphone sont en construction


Cameroun: L´arrestation de 56 enseignants protestataires, suscitent l´indignation dans l´opposition et au sein de l´opinion





  • Posté par Ghislain Lontchi
  • 521
  • 05.03.2018 : 01.01.13
  • 0

Au Cameroun, les récentes arrestations opérées par les forces de l’ordre dans les rangs d’enseignants « indignés », ont suscité une vague d’indignations aussi bien parmi les candidats déclarés à la prochaine présidentielle,- (qui devrait se tenir entre le 14 septembre et le 14 octobre 2018)-, qu’au sein de l’opinion.



Si Akere Muna, -présenté par ses partisans comme un sérieuse alternative au président Biya-, a été le premier candidat déclaré à la présidentielle de 2018, à condamner l’arrestation des enseignants. 

Selon Akere Muna, ces arrestations d’enseignants qui revendiquent leurs droits, « démontrent » que le gouvernement n’a pas « su tirer des leçons » de la crise anglophone dont la gestion « répressive » entraine des conséquences « désastreuses ».

Après Akere Muna Rechercher Akere Muna du mouvement « NOW Rechercher NOW », l’ensemble des candidats déclarés dont Serge Espoir Matomba du Purs, Joshua Osih du SDF, et Maurice Kamto, ont unanimement condamné l’arrestation des enseignants. 

Pour rappel, dans la matinée du 27 février 2018, un groupe d’enseignants réuni autour du Nouveau collectif des enseignants indignés du Cameroun (NCEIC), a entamé à Yaoundé, une manifestation pacifique sur l’esplanade du ministère des finances. 

Ces enseignants, protestaient contre l’accumulation de leurs arrières de salaires et le non-paiement de leurs primes et avancements, ainsi que le respect du statut de l’enseignant, 
qui date de 20 ans. 

D’après le collectif, 56 enseignants ont été arrêtés, dont 49 hommes et 7 femmes. 

A.O, Yaoundé


Source : koaci.com

Laisser vos commentaires






Facebook commentaires