Acteurs de la terreur ou pourfendeurs de la liberté : Qui étaient les grands hommes du maquis à BABADJOU ?


Ghislain Lontchi 28.08.2014 1305 0

En 1955, l’UPC entra dans la clandestinité. Babadjou qui avait longtemps soutenu les causes de ce parti depuis sa création, n’hésite pas à s’arrimer à son nouveau combat

En 1955, L’UPC Entra Dans La Clandestinité. Babadjou Qui Avait Longtemps Soutenu Les Causes De Ce Parti Depuis Sa Création, N’hésite Pas à S’arrimer à Son Nouveau Combat. La Question Des Colons Blancs Darmagnac Et La Société SINCOA A Longtemps Nourri Une Haine Profonde Contre L’administration Coloniale. Si Le Temps De La Défense Légale Des Droits Est Passé Pour L’UPC Désormais Forcée à La Clandestinité, Les Requêtes Et La Procédure Judiciaire De Pega James, Tchoffo Hubert, Moudoute Ont également Laissé Place à La Revendication Radicale Et Violente. Babadjou Devint Alors à Partir De 1956, Le Fief D’un Redoutable Regain De Violence, Soutenu Par Les Valeureux Hommes Babadjou Au Compte Du Maquis.

Les Chefs De Quartiers Balépo, Togoum, Bawa Les Nommés Respectivement Kouété, Takemtsi Et Dzimogou Organisèrent Les Meetings Pour Rallier Les Partisans Au Parti Clandestin UPC. Ils S’érigèrent Contre La Spoliation Dont étaient Victimes Les Autochtones, Les Castes Formant La Noblesse Tels Que Les Grands Planteurs,les Commis De L’administration. Les Jeunes Désœuvrés S’allièrent Aussitôt. Deux Mouvements Bien Que Souvent Antagonistes Défendent La Cause Du Village. L’état Major Ou« Meuteuh Nghou» Et «les Tuer-tuer». Ces Deux Mouvements Livrèrent Le Village à Une Lutte En Même Temps Fratricide Et Libératrice.

Le 13 Novembre 1956, Le Chef Balépo Saha Pierre Dit Kuenning Fut Arrêté Et Exécuté. Le Maquis Prit Une Envergure Terrifiante Ralliant Plus De 5200 Hommes Retranchés Dans Les Cachots Du Village. C’est Mondi Marcus, Nimpa James Et Bien D’autres Qui Relancèrent Le Maquis Après L’arrestation De Saha Pierre. En 1959, Fotouo Martin, Thomas Dewang Dit Capitain Chef, Casimir Penandjo Et Nyam Elie Sont Les Partisans Leaders Du “grand Maquis’’ Soutenu Par Les Leaders Du Département Geremie Ndelene Et Martin Singap. Dans Les Quartiers, Thomas Tchoffo Représentait Le Bureau De Bawa André Karre Et Balépo Et Danger La Mission Catholique De Toumaka.

Dekou Grégoire Python Partisan De L’ESOCAM De Dimala Pierre Et Diffo Ely Vont Soutenir Le Mouvement Malgré Le Fait Qu’ils N’appartenaient Pas à L’UPC.

En 1961, Les Comités De Quartiers Sont Redynamisés. Les Nouveaux Noms Refont Surface: Ngouagna Jean Maurois Est Délégué Central Et Bassa Joseph Le Vice Délégué, Segning André De Bamendjinga, Fokou Boniface. Les Délégués De La Propagande Fotio Joseph, Fokoua Jean, Masseh. Les Flancs Du Mont Bamboutos Deviennent Un Camp De Maquis Très Organisé Sous La Nomination«maquis Congo». Babadjou Connut En Ces Périodes De L’histoire Une Déstabilisation Et Des Troubles Sociaux énormes. Elle Fut Bien Triste Cette Histoire.



Commentaires


Facebook commentaires